SAISON 2020-2021
  SAISON 2020-2021

Choisissez dans les options ci-dessous pour changer la saison en cours.


Lettre à Maelle

Mama, ma grande fille,

 

Tu nous as été enlevée par dame nature, comme un kidnapping, et tu ne rentreras pas à la maison. 

Ce qu’elle a fait est très grave…

Je ne lui pardonnerai jamais...

Mais je sais où tu es... 

Et un jour papa et maman te retrouveront... et nous pourrons enfin clôturer cette histoire. 

Je sais que tu nous attendras là où tu te trouves aujourd’hui. 

 

Ma vie ici bas ne sera plus jamais la même car tu seras avec moi, en pensée à chaque instant…

Nous continuerons à t’aimer comme si tu étais parmi nous... 

Je viendrai souvent te raconter ce que deviennent ton frère et ta soeur même si je pense que tu le verras de là-haut, assise sur ton nuage.

 

Je suis vraiment désolé… tu nous as demandé de ne pas te laisser seule… tu avais peur

L’équipe médicale a fait tout son possible pour te garder mais ça a été la défaite, ça n’a pas marché, et nous t’avons regardée partir complètement impuissant.

J’avais encore tellement de choses à te montrer et à t’expliquer. 

Tu étais quasiment prête à affronter l’âge adulte. 

On y était presque… tu attendais tes 18 ans avec impatience pour voler de tes propres ailes et plein de belles choses arrivaient pour toi. 

Tu allais enfin pouvoir concrétiser ton rêve çàd … voyager seule.

J’attendais ce moment et je voulais tellement voir la suite…

Mais malheureusement ces moments ne viendront jamais… 

 

Ca n’a pas toujours été facile…

Mais je m’en moquais car je te connaissais… mieux que tu ne le pensais.

Tu savais me manipuler pour avoir quelque-chose comme moi je te manipulais pour te mettre quelque-chose entre les mains... 

Tu savais me rentrer dans le lard pour te faire comprendre, je m’énervais mais j’adorais ça parce que c’était mon rôle...

Nous avons tellement travaillé sur toi ces dernières années...

C’était intense, on avançait...

Et à chaque fois qu’on se retrouvait juste tous les 2, on se regardait et on en riait.

 

Comme par exemple, lorsque nous sommes parti au ski tous les 2, dévaler les pentes en cherchant parfois la difficulté 

Comme lors de la tempête où nous nous sommes retrouvés dans une piste non damée où l’on ne voyait plus rien et les télésièges coupés. 

C’est cette fois là que j’ai vu ton caractère de battante et je me suis dis wouahhh… tu n’avais peur de rien et nous nous en sommes sorti sans trop de problèmes.

Tu avais 11 ans.

 

Ensuite, l’arrivée de Laly. Nous avons dû aménager le grenier pour te faire une nouvelle chambre. Au début tu as dis : “Je vais être toute seule”. Et puis tu es devenue la grande soeur de Laly, tu étais fière de lui donner ta chambre et là-haut c’était devenu ton appart dans lequel tu te plaisais énormément avec tes amies et ton téléphone dont tu étais tellement fière. Un endroit à toi et de liberté.

 

Ce qu’on t’a fait là est inacceptable, tu ne méritais pas ce châtiment ultime, ce n’est pas de ta faute. Tu croquais la vie à pleine dent et quand tu commençais quelque-chose tu le faisais sérieusement.

 

Je me rappelle, dernièrement, lorsque tu te demandais quoi faire comme sport en plus du jogging et la salle. Je t’ai proposée de faire du VTT... 

Tu m’as dit: “mais papa c’est nul le vélo, j’ai passé l’âge d’en faire ???”

C’est alors que je me suis acheté un VTT électrique, et là j’ai attendu…

Et puis un jour mon VTT a disparu. 

J’ai crié un petit: “Victoire !!!“

C’est alors que j’ai commencé à acheter des magazines, 

Tu m’as dit : “pourquoi tu achètes des magazines VTT, tu ne sais même pas faire du vélo et en plus c’est pas un VTT ni un vélo, c’est un électrique, bref une mobylette quoi.

Vous vous moquiez bien de moi mais nous sommes allés voir les VTT en magasin, nous avons acheté le modèle que tu voulais le jour même, tu as mis les maillots cyclo d’Henry, acheté les équipements et depuis ce jour, pas un jour, tu ne le prenais pas pour rouler, t’évader. 

Victoire !!! J’avais gagné.

 

Tu étais belle, ma fierté, sportive et intelligente… on a tellement appris de toi...

Tu étais le premier bijoux à qui nous avions donné la vie… et je n’ai pas su être le super héro pour te sauver.

 

Pardonne-moi… nous avons été impuissant face à cette maladie fulgurante... pourtant aussi bien maman que moi nous étions prêts à te donner une partie de nous pour te sauver… il y avait une issue mais ton corps de sportive n’a pas résisté, c’était trop gigantesque…

 

Qu’as-tu fait de mal ? Absolument rien… tu nous rappelle encore une fois qu’il faut vivre sa vie pleinement et qu’elle est très courte ! ça tu l’avais compris car tu courais tout le temps.

 

Nous aurons beaucoup de mal à accepter le fait que nous ne te verrons plus… mais nous allons prendre la force que tu avais pour courir, faire du vélo, du ski, tout ce que tu aimais... 

Tous les 4 nous t’aimons tant, nous t’avons toujours aimé… nous étions la famille bruyante de la rue des carrières… avec les portes qui claquent et toi qui sautait dans l’escalier

Et puis il y a Cyril, ton frère avec qui tu avais une complicité énorme…

Laly, que tu appelais toujours ma petite chérie… 

et surtout maman qui était ta grande confidente...

 

Tu étais formidable…

Tu n’étais pas seulement notre fille mais l’amie de beaucoup de personnes

Tu aimais rassembler les gens... 

Tu nous as données de grandes leçons de vie…

Je ne t’oublierai jamais...

 

Papa

Les partenaires qui nous supportent.